ACCUEIL
PRESENTATION
QUI SOMMES NOUS?
PRODUITS ET SERVICES
EN SAVOIR PLUS
LIENS ET PARTENAIRES
CONTACTS

AFFACTURAGE



DEFINITION DE L'AFFACTURAGE

La Banque de France a donné dans une note d’information d’octobre 1973 cette définition : « L’opération de factoring (ou affacturage) consiste en un transfert de créances commerciales de leur titulaire à un factor qui se charge d’en opérer le recouvrement et qui en garantit la bonne fin, même en cas de défaillance momentanée ou permanente du débiteur. Le factor peut régler par anticipation tout ou partie du montant des créances transférées ».

Schéma du principe de l'affacturage

1. L’entreprise réalise la prestation ou livre sa marchandise

2. L’entreprise cède sa facture à la société d’affacturage

3. Le factor finance cette facture

4. le factor relance le client de l’entreprise

5. Le client de l’entreprise règle directement la facture au factor.

La technique de l’affacturage propose ainsi 3 services :

  • Le Financement puisque, sans attendre l’échéance des factures, l’entreprise peut percevoir tout ou partie de leurs montants en fonction de ses besoins de trésorerie et ceci dans un délai très court (moins de 48 heures).
  • La prévention des risques de défaillance des clients de l’entreprise et la garantie contre les impayés, puisque le factor propose à l’entreprise de la prémunir contre tout risque de défaillance de ses clients. En cas d’insolvabilité, l’entreprise est indemnisée jusqu’à 100% du montant des créances.
  • La gestion du compte-client  puisque le factor se charge de toute la gestion des factures (identification, affectation des paiements, recouvrement amiable, précontentieux et contentieux).

LE MARCHE DE L'AFFACTURAGE

Près de 22 millions de factures ont été prises en charge en 2004 par les sociétés d’affacturage pour un montant global de 82 milliards d’€uros.

Cette activité a progressé en 2004 de + 11,3% et on estime le nombre d’entreprises adhérentes à près de 23.000 à fin décembre dernier soit un doublement en 5 ans.



L'AFFACTURAGE EN QUELQUES IDEES RECUES

Une solution de dernier recours pour les entreprises qui vont mal !

L’affacturage concerne les entreprises tout au long de leur vie :

  • Au démarrage car elles ne trouvent pas en général auprès des banques des concours court terme suffisants.
  • En pleine croissance : « les banques regardent en général dans le rétroviseur de l’entreprise et les Factors dans le pare-brise ». Le factor finance toujours le développement même s’il est rapide à condition que les factures soient « bonnes » et que les clients soient « bons ».
  • A la maturité de l’entreprise, car il arrive toujours dans la vie d’une entreprise, un exercice difficile et dans ce cas là, les banques ont tendance à réduire de manière drastique leurs concours. Le Factor n’a pas ce genre de problème existentiel.

Utiliser les services d’un factor, c’est véhiculer une mauvaise image !

Les entreprises qui utilisent l’affacturage :

  • Sécurisent leur poste clients
  • S’assurent des financements nécessaires à leur croissance

Donnent ainsi l’image d’entreprises responsables privilégiant une gestion sûre et efficace

L’affacturage c’est cher  !

Les coûts ont sensiblement baissé depuis l’explosion de l’informatique et de l’Internet, enfin la concurrence accrue des sociétés d’affacturage a permis également une réduction importante des commissions.

De plus, il faut analyser l’ensemble du prix avec les réductions de coût que cela engendre :

  • Diminution de la charge de travail grâce à la relance faite par le factor.
  • Réduction du délai de paiement client grâce toujours à la relance du factor.
  • Trésorerie de l’entreprise plus importante qui permet de payer plus vite les fournisseurs donc d’obtenir des escomptes de règlement.

Une entreprise a recours à l’affacturage uniquement pour la trésorerie !

  • La garantie à 100% contre les défaillances clients ainsi que la sélection des clients permet d’éviter de mettre en péril l’entreprise (plus de 1 dépôt de bilan sur 4 est dû à la défaillance d’un client)
  • Gestion du poste client :
  • Tenue de la comptabilité client
  • Affectation des créances sur les comptes et imputation des règlements
  • Affectation et imputation des avoirs, avec détection rapide des litiges
  • Tableaux de bord de gestion des comptes clients
  • Relance des factures avant et après l’échéance, précontentieux et contentieux

L’affacturage supprime la relation avec son banquier !

L’affacturage est une source de financement qui suit exactement la courbe du chiffre d’affaires de l’entreprise puisque tout est basé sur les factures.

La banque en général accorde des crédits cour terme (escompte, Dailly, découvert) pour un montant total équivalant à 1 mois de chiffre d’affaires, le factor, lui se base sur le délai client et propose des financements pouvant aller jusqu’à 90% de l’encours client (soit presque 3 mois de chiffre d’affaires si le délai de paiement client est de 90 jours)

Le banquier peut donc se consacrer à un rôle plus noble qui est de financer le moyen et le long terme.

En utilisant l’affacturage, l’entreprise perd la maîtrise de la relation avec ses clients !

  • L’entreprise conserve, au contraire, l’exclusivité de sa relation commerciale avec la clientèle.
  • C est à elle que revient toute la négociation des conditions de vente : prix, délais, ristournes…
  • En revanche libérée du recouvrement, l’entreprise peut mieux renforcer ses liens avec ses clients et se concentrer sur la prospection.
  • Le factor est également source d’information sur la situation des clients de l’entreprise, lui permettant d’orienter sa politique commerciale

L’affacturage manque de souplesse !

Depuis plusieurs années maintenant les Factors se sont adaptés à leurs clients et proposent différentes formes d’affacturage :

  • Le full factoring qui est la base avec : assurance-crédit, gestion et recouvrement
  • Le factoring avec délégation d’assurance-crédit (l’assurance des clients faite par un tiers extérieur)
  • L’affacturage non géré mais notifié
  • L’affacturage confidentiel
  • Le rachat de balance client
Copyright © DDH Conseil 2006 - Réalisé par CYIM